J'aimerais me convertir ...

J’aimerais me convertir à l’islam…

Bonjour. Je suis sur le point de me convertir à l'islam. J'aimeraissavoir que doit faire une personne, homme ou femme, pour se convertir àl'islam et pour que cela soit valable. J'aimerais aussi savoir si jedois me faire circoncire. Je voudrais enfin vous dire que j'ai unecertaine appréhension liée au fait que je ne connais pas grand-chose del'islam et que je risque donc, après ma conversion, de commettre sansm'en rendre compte une erreur par manque de savoir sur les règleséthiques, morales et sociales de l'islam. Mon appréhension concerne lesautres musulmans : comment vont-ils me percevoir ? Voilà une de mescraintes : d'être jugé par les musulmans et musulmanes.

L'islam n'est pas « la religion desArabes »

Réponse :Avant de répondreà vos questions, je voudrais rappeler quelques points essentiels :L’islam n'est pas « la religion des Arabes ». L'islam est un messageuniversel d'amour et de paix, une conception de l'univers et de la viesur terre, une volonté de rechercher un accord complet avec ce que Dieuagrée (sens de « soumission », en arabe : « islam »), un ensemble decroyances, de valeurs, de principes et de règles, auquel n'importe quelêtre humain peut adhérer.Que l'on soit typé comme un Oriental ou commeun africain à la peau sombre, que l'on soit blond aux yeux bleus oujaune aux cheveux noir de jais…

Que l'on soit un bédouin du désert ou un cadre informatique travaillantdans un gratte-ciel, que l'on soit navigateur voguant sur les eauxbleues ou ouvrier gagnant sa vie à la sueur de son front et à la forcede ses bras… que l'on soit d'Orient ou d'Occident… Que l'on soit nédans une famille musulmane ou que l'on choisisse de se convertir àl'islam par conviction profonde et intime, après avoir été adepte d'uneautre religion ou après avoir été athée… Que l'on soit homme ou femme…Que l'on soit âgé ou jeune… L'islam accueille toutes celles et tousceux qui choisissent de plein gré d'adhérer à son message. Et tous cesgens deviennent musulmans et musulmanes au même titre que celles etceux qui l'étaient déjà avant eux. Dieu dit :

"Ô les hommes, nous vous avons créés à partir d'un seul homme et d'uneseule femme, et nous avons fait de vous des nations et des tribus pourque vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès deDieu, est le plus pieux d'entre vous. Dieu est omniscient, GrandConnaisseur."

[Le CORAN : Sourate-49Verset-13]
Et Il dit :

"Et parmi Ses Signes : Il vous a créés de terre, puis vous voilà deshommes se dispersant [dans le monde]. Et parmi Ses Signes : Il a créépour vous, de vous-mêmes, des épouses pour que vous viviez latranquillité auprès d'elles et il a mis entre vous de l'amour et de latendresse. Il y a en cela des signes pour ceux qui réfléchissent. Etparmi Ses Signes : la création des cieux et de la terre, et ladiversité de vos langues et de vos couleurs. Il y a en cela des signespour ceux qui savent. "

[Le CORAN : Sourate-30Versets-20/22]

Aucune contrainte ne peut être exercée sur qui que ce soit pour leconvertir à l'islam. Le Coran est clair :


"Nulle contrainte en religion : la vérité s'est distinguée de l'erreur."

[Le CORAN : Sourate-30Versets-20/22]

La conversion d'une femme ou d'un homme à l'islam
Il s'agirait plutôt d'une « reconversion à l'islam », puisque, commel'a dit le Prophète (sur lui la paix), chacun et chacune naissent enétant prédisposés (fitra) à l'aspiration et à la soumission à Dieu, cequi est le sens du mot « islam ».En islam, étant donné qu'il n'y a pasde clergé, il n'y a pas de représentant de Dieu sur terre au sensclérical du terme. En effet, en islam, tous les musulmans sont desreprésentants de Dieu sur terre sans aucune distinction si ce n’estavec la piété. De même, il n'y a pas de baptême comme c'est le cas dansle catholicisme. Pour se convertir à l'islam, il suffit d'accepter qu’«il n'y a aucune divinité digne d’être adorée en dehors de Dieu etd’accepter que Muhammad (sur lui la paix) est le dernier Messager deDieu ». Le mieux est qu'on le fasse devant d'autres personnes,puisqu'il s'agit d'un témoignage.

Il est bon que des musulmanes et musulmans, qui sont présents dans lelieu que l'on habite, sachent que l'on s'est reconverti à l'islam. Celaparce que les musulmans forment une grande communauté (qui n'est baséeni sur la race ni sur la couleur de la peau, mais sur l'acceptationd'une même croyance, conception du sens de la vie et sur le partage devaleurs communes), et le Prophète (sur lui la paix) a souvent rappeléqu'il faut rester attaché à la communauté (al-jamâ'ah) (ce d'autantplus qu'il n'y a pas de clergé en islam). Cela est d'ailleurs utilepour maintes occasions : en cas de décès, par exemple, les frères etsœurs pourront prendre les mesures nécessaires pour qu'on soit inhuméaux côtés de ses frères et sœurs musulmans.

Les conditions du témoignage

L'acceptation des deux points mentionnés ci-dessus revient à accepterdes choses plus globales, comme : * vouloir sincèrement adorer Dieu etse soumettre à ce que Dieu veut. Il faut donc adorer Dieu sans rien luiassocier et croire que nul ne mérite d’être adoré si ce n’est Dieuseul. Il faut mettre en application ses ordres et ses prescriptionsselon ses possibilités. * croire comme véridiques toutes les paroles deDieu (le Coran) et tout ce que Muhammad, Son dernier Messager, a montrécomme voie (ses actes, ses paroles et approbations). Ce derniertémoignage implique de croire qu’il n’y a aucune personne sur terre quimérité d’être suivie si ce n’est le Prophète (sur la paix). Nous disonsbien « suivie » et non « adorée », car l’adoration n’est vouée qu’àDieu seul, mais il faut l’adorer comme l’a adoré notre Prophète sansrien ajouter quoi que ce soit à sa législation ou en soustraire quoique ce soit.

C’est cela le réel suivi du Prophète (sur lui la paix).« Croire enquelque chose », ce n'est pas seulement « savoir l'existence de cettechose », c'est « savoir et accepter de tout son cœur, sans retenue,l'existence de cette chose » et mettre en application ce que cetémoignage implique. Celui ou celle qui se convertit doit le fairesincèrement pour Dieu et non pas pour rechercher un avantage matérielou social (quel qu'il soit). Les musulmans et musulmanes n'ont aucunepossibilité ni aucun droit de dire d'une personne qu'elle s'estconvertie pour obtenir un avantage social. Mais Dieu, lui, sait ce querecèlent les cœurs et il demandera des comptes à chacun et à chacune lejour du jugement. Dieu dit (selon Abraham) :


"Et ne me couvre pas d'ignominie, le jour où l'on sera ressuscité, lejour où ni les biens, ni les enfants ne seront d'aucune utilité, saufcelui qui vient à Allah avec un coeur sain"

[Le CORAN : Sourate-26 Versets-87/89]

L’attestation que « Nulle divinité ne mérite d’être adorée sauf Dieu »et que « Muhammad est le Messager de Dieu », en expliquant sasignification et en montrant les conditions de cette attestation. Sonsens est le suivant : « Nulle divinité ne mérite d’être adorée… »signifie : renier tout ce qui est adoré en dehors de Dieu. « …Sauf Dieu» signifie : affirmer que l’adoration est réservée à Dieu, sans aucunassocié. Quant aux conditions de cette attestation, elles sont aunombre de huit : 1. La connaissance (de son sens) qui s’oppose àl’ignorance.2. La certitude qui s’oppose au doute.3. L’exclusivité duculte (la sincérité) qui s’oppose au polythéisme.4. La véracité quis’oppose au mensonge.5. L’amour qui s’oppose à la haine.6. Lasoumission qui s’oppose au délaissement.7. L’acceptation qui s’opposeau rejet.8. Le rejet de tout ce qui est adoré en dehors de Dieu.

La conversion à l'islam dans les faits

La personne prononce la formule : « Je témoigne qu'il n'y a aucunedivinité méritant d’être adorée en dehors de Dieu et que Muhammad estle messager de Dieu » (En phonétique : Ach-Hadou ane lâ ilâha illalahou wa ach-hadou anna Mouhamadane rassouloullahi).Le mieux estqu'elle le fasse devant d'autres personnes, puisqu'il s'agit d'untémoignage.Après cela, vous êtes musulman(e) avec l’aide deDieu…Félicitations et que le bonheur soit avec vous dans cette vie etdans l’au-delà… Il y a aussi une autre formule que l'on peut égalementdire et qui est extraite d'une parole du Prophète (sur lui la paix) : «Je crois en Dieu, en l'existence des anges, en les Livres de Dieu, enSes messagers, au Jour dernier, et au Destin (que le bien et le mal ontété prédestinés par Dieu). »

 Il est bon d'informer des musulmans et musulmanes de saconversion à l'islam. En effet, l’islam est une religion qui appelle àl’union.À partir de ce moment, on apprendra peu à peu non seulement lesactes du culte, mais aussi les règles éthiques, morales et sociales quel'islam offre aux femmes et aux hommes. Cela se fera peu à peu. Il nefaut pas s'angoisser dès le premier instant, et il ne faut surtout pascroire que l’on pourra tout appliquer en peu de temps, mais l’islam estune école de la vie, elle éduque selon chaque possibilité de lapersonne. La personne prendra soin d’apprendre sa croyance avant toutechose puis les cinq piliers de l’islam et les mettre en pratique.Lejour où l'on se convertit, il est mieux de prendre un bain complet(dans certains cas cela peut également être obligatoire), et ceci pourse purifier, car l’islam efface tous les péchés commis avant laconversion, c’est une nouvelle naissance en quelque sorte. D’où le faitde se débarrasser de la pilosité qui se trouve sous les aisselles etsur le pubis (comme les musulmans et les musulmanes le font tout aulong de leur vie).

En effet, se débarrasser de cette pilosité est un acte de propreté enislam et un signe de la saine nature (la fitra).Certains organismes etinstituts délivrent des « certificats d'appartenance à la religionmusulmane », certificats établis devant le témoignage, par la personne,de la formule de foi. Ces certificats ne servent pas à prouver aux yeuxdes autres musulmans sa conversion à l'islam, mais seulement àl'accomplissement du pèlerinage à La Mecque (les autorités saoudiennesdemandant souvent, pour des raisons évidentes d'administration, cegenre de certificats). Donc, il serait utile de se le procurer. EnFrance, les grandes mosquées, comme celle de Paris le délivrent. (Cliquerici pour connaitreles modalités)

L'homme qui se convertit à l'islamdoit-il se faire circoncire ?

Ce qui est certain, c'est que la validité de la conversion ne reposepas sur la circoncision : même au cas où quelqu'un se serait converti,mais ne se serait ensuite pas fait circoncire, sa conversion est en-soivalable. La seule question qui se pose est de savoir si se fairecirconcire est obligatoire ou pas, et si le fait de ne pas s'être faitcirconcire après s'être converti constitue donc un péché ou pas.D'après les savants Ash-Shâfi'î et Ahmad, la circoncision esteffectivement obligatoire, tandis que le savant Abû Hanîfa larecommande fortement (Al-fiqh al-islâmî wa adillatuh, p. 461 et p.2752). Le savant Ash-Shawkânî a donné préférence à l'avis disant que cen'est pas obligatoire (Nayl al-awtâr, tome 1 p. 135). Il y a certes unhadith du Prophète (sur lui la paix) où il a dit : « Celui qui seconvertit, qu'il se fasse circoncire », mais Ash-Shawkânî a démontréqu'aucun hadith indiquant le caractère obligatoire de la circoncisionn'est authentique (Nayl al-awtâr, tome 1 p. 135). Même ceux des savantsqui pensent que c'est obligatoire disent qu'au cas où, à cause del'âge, il ne serait pas bon pour quelqu'un de se faire circoncire(selon avis médical), alors il ne le fera pas (Fat'h ul-bârî, tome 10p. 419).

Soyez serein !

1- Il est vrai que l'islam dit que chaque musulman et musulmane quiassiste à un acte répréhensible, doit rappeler à celui qui le commetses devoirs vis-à-vis de Dieu. Mais le Prophète (sur lui la paix) aaussi enseigné la progressivité dans le rappel, ce qui est valable pourles musulmans en général, mais aussi et surtout pour ceux qui viennentde se convertir à l'islam. Le Prophète (sur lui la paix) avait envoyéMou'âdh au Yémen vers la fin de sa vie, alors que la plupart desobligations et des interdictions de l'islam étaient déjà révélées. Or,il lui avait bien recommandé d'être progressif lorsqu'il informeraitceux qui se convertiraient à l'islam des obligations leur incombant : «Tu vas te rendre auprès d’un peuple de Gens du Livre. Que la premièrechose à laquelle tu les invites soit l’adoration de Dieu. Lorsqu’ilsconnaîtront cette adoration de Dieu, informe-les que Dieu a renduobligatoires cinq prières dans la journée et la nuit. Et lorsqu’ilsferont cela, informe-les que Dieu a rendu obligatoire sur eux uneaumône qui sera prise de leurs riches et donnée à leurs pauvres… »(Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim).

Les musulmans et musulmanes doivent donc se souvenir de cetenseignement du Prophète (sur lui la paix) et ne pas vouloir toutrappeler (ce qui est fondamental/obligatoire, comme ce qui estsecondaire/purement facultatif) à celui ou à celle qui vient de seconvertir.2- Et s'il s'agit de quelque chose de nécessaire qu'il fautrappeler, les musulmans et musulmanes doivent également se souvenir quele Prophète (sur lui la paix) a enseigné dans ce cas la douceur.Surtout vis-à-vis de celui ou celle qui vient d'embrasser l'islam etqui ne sait pas grand-chose de ses règles, pour qui il faut avoirbeaucoup de compréhension. Justement, Mou'âwiya ibn al-Hakam raconteainsi une expérience vécue auprès du Prophète (sur lui la paix) alorsqu'il s’était converti récemment : « Pendant que j'accomplissais laprière sous la direction du Prophète, quelqu'un éternua. Je dis alors :“Que Dieu te fasse miséricorde !” [Formule que l'on dit en pareillecirconstance, mais pas pendant la prière]. Les gens me regardèrentalors avec étonnement. Je leur dis : « Eh bien, qu'avez-vous à meregarder ainsi ? » Ils se mirent alors à tapoter de leurs mains surleurs cuisses. Lorsque je vis qu'ils me demandaient ainsi d'observer lesilence, je me tus. Lorsque le Prophète termina sa prière… Mes parentspeuvent être témoins du fait que je n'ai jamais vu quelqu'un, ni avantlui ni après lui, enseigner d'une meilleure façon que lui. Par Dieu, ilne me blâma pas, il ne me frappa pas, il ne me dit rien de mal. Il medit : « En prière, il ne convient pas qu'il y ait quelque choserelevant des paroles des gens. Cette prière n'est que proclamation dela pureté de Dieu, proclamation de la grandeur de Dieu, et récitationdu Coran. »Je lui dis : « Ô Messager de Dieu, il n'y a pas longtempsque j'ai quitté l'état de non-croyance, et Dieu nous a offert l'islamrécemment. Mais il y a parmi nous des gens qui se rendent auprès desdevins. » Il me répondit : « Eh bien, ne te rends pas auprès d'eux »… »(Rapporté par Mouslim, nº537).Un autre compagnon du Prophète (sur luila paix) raconte : « Nous étions en train de parler de quelque chose.Il n'y avait pas longtemps que je m'étais converti à l'islam, et je dis[par habitude, pour appuyer mon propos] : « Je jure par Al-Lât etAl-'Uzzâ [deux idoles de l'Arabie préislamique] ».

Les autres compagnons du Prophète présents me dirent : « Quellehorrible parole as-tu dite là ! Rends-toi auprès du Prophète etinforme-le de ce que tu as dit, car nous pensons que tu es peut-êtredevenu incroyant. » Je me rendis auprès du Prophète et lui racontai cequi s'était passé. Il me dit : « Dis trois fois : « Il n'y a aucunedivinité en dehors de Dieu, qui est unique et n'a pas d'associé »,demande trois fois à Dieu de te protéger contre le démon, souffle surta gauche trois fois, et ne redis plus cela. » (Rapporté par An-Nassaï,nº 3776).Le Prophète (sur lui la paix) avait compris qu'il n'avait pasfait ce serment par apostasie, mais simplement parce qu’il avait encorel'habitude de le dire et ce serment était encore ancré en lui.C'est àce genre de fait, tout à fait prévisible et involontaire de la part depersonnes qui viennent de se convertir que se rapporte, d'après lesavant Ibn Hajar, cette autre parole du Prophète (sur lui la paix): «Celui qui fait un serment et a dit : ‘Je jure par Al-Lât et Al-'Uzzâ’,qu'il dise (aussitôt) : ‘Il n'y a aucune divinité en dehors de Dieu ».Et celui qui a dit : « Viens jouer à un jeu de hasard », qu'il donneune aumône. » (Rapporté par Al-Boukhârî, nº 4579, et par Mouslim, nº1647).Les Arabes d'avant l'islam étaient friands des jeux de hasardavec mise d'argent, et si un musulman fraîchement converti disait parréflexe, sans réfléchir, à un ami : « Viens jouer à un jeu de hasard »,il devra être conseillé avec douceur pour qu’il se repente et ildonnera lui-même une aumône à un pauvre pour prendre de bons réflexeset de bonnes habitudes. 3- Enfin, il faut savoir qu'en islam, lesmusulmans et musulmanes rappellent, ils ne jugent pas. Dieu dit :


"Et rappelle, car le rappel profite aux croyants."

[Le CORAN : Sourate-51Verset-55]
Le Jugement pour les croyances et les actes se fera par Dieu, le jourdu jugement. Il est vrai que, dans un pays musulman, – comme dans tousles pays du monde, des juges existent dans des tribunaux qui rendentdes jugements juridiques face à une infraction constatée de la loi dupays. Mais ce n'est pas de ce jugement-là que nous parlons. Nousparlons du jugement qui consisterait à dire : « Toi tu iras au paradisou toi tu iras en enfer ou Dieu ne te pardonnera jamais, etc. Mais cecin’incombe pas au musulman, car ce genre de jugement est réservé à Dieuseul.

Source : Islamhouse

Intervention de Malika DIF : Rencontreavec les nouveaux musulmans


Recherche
Calendriers

Voir et/ou Télécharger
le Calendrier des horaires


Khutba du Vendredi
13h en heure d'hiver
14h en heure d'été



Horaires des prières
Fajr06:36
Lever du Soleil08:06
Duhr12:51
Asr15:05
Maghrib17:06
Isha18:36
Faire un DON

أنفقوا في سبيل الله  
Dépensez dans le sentier d''Allah


Un verset, un hadith
"Dis: ‹Quel est celui qui peut vous protéger d'Allah, s'Il vous veut du mal ou s'Il veut vous accorder une miséricorde?› Et ils ne trouveront pour eux- mêmes en dehors d'Allah, ni allié ni secoureur."
Al-Ahzab (33-17)
Chaîne TV

Suivez-nous sur Youtube

Conception : dsn-services.com
Design : Agence H²O